ENTRE NOUS > Billets des visiteurs > Affichage billet visiteur

AFFICHAGE COMPLET DU BILLET SELECTIONNE

Généalogie

13-07-2014 00:00

par Ludovic LE PAGE

 

Bonjour,

En cette période estivale, propice aux retrouvailles familiales et autres cousinades, une question sera invariablement posée, par l'un ou l'autre, jeune ou moins jeune : d'où viennent nos ancêtres, quels métiers exerçaient-ils, étaient-ils nobles ou gueux etc...
Je vous propose ce sujet de reflexion, partant d'une synthèse des échanges entre généalogistes par blog interposé.

 

SE RACCROCHER A CHARLEMAGNE .....ET APRES ?

Parmi les motivations qui poussent les passionnés à remonter les branches de leurs arbres, il en est une, souvent décriée mais très répandue, qui consiste à vouloir retrouver parmi ses ancêtres non pas une personne de sang-bleu, mais celle qui permettra, par sa lignée noble, de remonter jusqu'à CHARLEMAGNE.

 

POURQUOI CHARLEMAGNE?

L'empereur à la barbe fleurie est une référence historique. C'est un symboole fort non seulement parce que tout le monde en a entendu parler à l'école, mais aussi parce qu'il représente un grand conquérant, réputé fondateur de la France, et parce qu'il véhicule l'image d'un souverain bon envers son peuple. La réalité historique est bien sûr plus nuancée. Concernant les généalogistes, il est probablement devenu un symbole (avec Hugues Capet) parce qu'il est, de façon certaine, reconnu comme l'ancêtre clairement identifié de tous les Rois de France. Charlemagne a vécu entre 742 et 814. A son époque vivaient en "France" environ 8 millions d'habitants par rapport à nous 40 à 45 générations.

 

TOUT LE MONDE PEUT RETROUVER DES ANCETRES NOBLES.

Chaque Français possède aujourd'hui 70% d'ancêtre paysans. Parmi les 30% restants, on trouvera des artisans, la petite bourgeoisie et même la grande, mais la chance de retrouver des ancêtres nobles se réduit vite lorqu'on part de simples paysans. Pourtant, la noblesse a subi plusieurs revers de fortune, qui ont propulsé des familles entières dans la modestie sociale. Près de nous, la crise financière de 1929 et les deux guerres mondiales ont mis à mal des familles déjà en difficulté. Un peu plus loin, c'est la Révolutiion Fançaise qui en a appauvri d'autres. Si vous ne trouvez pas d'ancêtres nobles à ces périodes charnières, vous conservez néanmoins toutes vos chances d'en dénicher après la guerre de 30 ans, obligeant des nobles à marier leurs enfants avec de simples roturiers. Il suffit d'un peu de chance pour trouver parmi quelques "Sieur" ou autres "Honorable homme" le laboureur issu d'une lignée prestigieuse.

 

Je perçois parfois des réserves très nettes lorsqu'il m'arrive d'évoquer une ascendance noble. Mais pourquoi diable serait-on honteux de descendre d'un Roi ou d'un Empereur ? Nous avons tous parmi nos ancêtres "un roi, un mendiant, un voleur". Certains ont la chance de pouvoir remonter le fil conducteur, d'autres pas. Il n'y a pas à avoir honte ou à se glorifier d'une ascendance, quelle qu'elle soit. Nous ne sommes pas responsables de nos ancêtres. Pourtant, aussi lointains soient-ils, ils ont tous laissé une trace en nous, même ténue.

En revanche, je suis très fier de ma famille, de mes parents, de mes grands-parents, de leurs choix, de leurs valeurs. Ceci est autre chose. Quoiqu'il en soit, je rêve aussi bien et je m'attendris autant devant les servantes et autres pauvres hères que devant les Chevaliers et les belles dames de jadis. Je me rends compte que leur vie était rude et que nous avons bien de la chance. Je compatis à leurs souffrances et suis parfois saisi d'effroi devant des destins tragiques qui n'ont rien à voir avec ma propre ascendance, d'innombrables morts nés des fratries entières de jeunes sacrifiès dans de terribles guerres. Ils sont tous un peu de nous. Car "nous sommes tous cousins".

Glorieux ou modestes, nos ancêtres et ceux de nos semblables appartiennent tous à la famille humaine.

 

Bonnes vacances à tous,

Ludovic Le Page.

Revenir